Centre interuniversitaire d'étude sur la République des Lettres

Université Laval
Mosaïque

Lieux et réseaux

Lieux et réseaux envisage la République des Lettres dans une perspective spatiale dynamique : y sont interrogés, dans leur organisation symbolique et matérielle, non seulement les villes, universités, sociétés savantes, académies, cercles, cénacles, salons, cafés, etc. où ont été élaborés et discutés les savoirs, mais aussi les modalités selon lesquelles ces savoirs ont été diffusés, échangés, partagés, discutés. Se dégagent ainsi des réseaux de savoirs (concrets et abstraits) qu’il s’agit de mettre en lumière.

Projets, groupes et réseaux dirigés par les membres du CIERL

  • Inventaire des imprimés anciens du Québec (IMAQ)
    Responsables :
    Marc-André Bernier (UQTR)
    Co-chercheurs :
    Michel De Waele (U. Laval), Claude La Charité (UQAR), Sabrina Vervacke (U. Laval)
    Le projet IMAQ a pour objectif de dresser un portrait documenté des origines de la culture lettrée au Québec. En collaboration avec la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI), les Bibliothèque et Archives nationales du Québec, la Chaire de recherche du Canada en rhétorique (UQTR) et la Chaire de recherche du Canada en histoire littéraire (UQAR), le CIERL anime ce projet depuis quatre ans. Les ouvrages imprimés entre le XVe et le XVIIIe siècle conservés à la section des livres rares de la Bibliothèque de l’U.Laval, des inventaires non-classés de l’U.McGill, du Musée Stewart, du Centre de référence du Musée de la Civilisation, dont la collection ancienne provient du Séminaire de Québec, et une vingtaine de fonds appartenant des communautés religieuses font actuellement l'objet de cet inventaire.
  • L'histoire des loisirs à Paris et à Londres du XVIe au XVIIIe siècle
    Responsable :
    Laurent Turcot (UQTR)
    Les loisirs qui s’organisent dans la ville au cours de l'Ancien Régime transforment ses structures urbaines et créent progressivement une économie du divertissment. Déjà célèbres pour leur animation, Paris et Londres sont au cœur de cette recherche et forment un couple indissociable. Avant même d’avoir des contacts avec leurs provinces, ces deux villes vont s’influencer l’une l’autre dans la mode des divertissements. Les Londoniens doivent réaliser le Grand Tour, faire le tour de l’Europe pour acquérir une culture générale, Paris étant une étape déterminante et pour certains unique. Les Parisiens, de leur côté, sont atteints « d’anglomanie » dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : tout ce qui est anglais est beau et agréable, ainsi des jardins à l’anglaise ou ces courses de chevaux. C’est ce lien particulier  entre les deux capitales qui fait l'objet de cette étude des loisirs urbains.
  • Les loisirs canadiens sous les régimes français et anglais (XVIIe-début XIXe siècle)
    Responsable :
    Laurent Turcot (UQTR)
    La problématique générale de ce projet est de saisir l’évolution des divertissements et d'étudier leur institutionnalisation progressive afin de mieux comprendre comment ils sont devenus des facteurs de définition de la ville moderne. Il s'agit de saisir le mouvement qui fait que les divertissements connaissent leur heure de gloire dans le tissu urbain de Montréal et de Québec. Orignale, ce projet doit, à terme, permettre de comprendre la valeur et la fonction qu’occupaient ces loisirs, non seulement pour mieux apprécier leur transformation dans les siècles suivants, mais aussi — et surtout — pour éclairer l'évolution des villes modernes.
  • Groupe de recherche sur l’archivage et les applications littéraires (Gr@@l)
    Responsable :
    Luc Vaillancourt (UQAC)
    Voué à la numérisation du corpus épistolographique imprimé de la Renaissance française (recueils de lettres et manuels épistolaires), le Gr@@l également des applications informatiques susceptibles d’optimiser les recherches multicritères et de permettre la génération d’index et de concordances à travers une interface conçue spécifiquement pour le corpus ciblé (avec marquage et identification des destinataires/destinateurs, dates, lieux, formules de salutation et de valédiction, etc.). Outre la diffusion des textes sur support informatique, par le biais d'une paserelle Web ou d'un cédérom disponible sur commande, la GR@@L vise à fournir aux chercheurs des éditions critiques et des articles spécialisés afin de promouvoir l'intérêt des études sur l'épistolographie humaniste.